Menu

Table-ronde avec les acteurs du transport en Savoie

Afin de préparer le projet de loi d'orientation des mobilités qui arrivera dans les mois à venir, Typhanie Degois a convié ce lundi 14 janvier les acteurs du transports en Savoie. Cette concertation avec les organisations professionnelles et les syndicats est essentielle afin d'effectuer un constat sur les attentes des particuliers comme des entreprises, en terme de mobilité et d'économie. Ainsi, étaient présents autour de la table : l'OTRE, l'Union des Entreprises Transport et Logistique de France, la Chambre professionnelle des transports routiers des Savoie, la Fédération nationale des transporteurs de voyageurs, et les syndicats Force ouvrière et CGT.

Typhanie Degois Savoie

Quatre thèmes ont été abordés au fil de la table ronde.
Tout d'abord, les infrastructures. Il a été souligné que nous avons en Savoie de nombreux équipements qu'il convient d'entretenir davantage, notamment les petites lignes ferroviaires, et d'assurer un meilleur maillage des réseaux de bus en fusionnant partiellement les réseaux. Les participants se sont dit favorables au projet Lyon-Turin avec la nécessité de nouveaux accès afin de répondre à une demande forte de ferroutage. Le projet de loi prévoit de renforcer les compétences des autorités organisatrices de transport, certains ont attiré l'attention sur le fait que celles-ci devaient être mieux coordonnées et à une échelle suffisamment large.

Puis, le thème de la fiscalité a été abordé. Le secteur du transport est soumis à quatre types de fiscalité entraînant une taxation 4,5 fois plus importante que celle des autres acteurs économiques. Il a été évoqué que la TICPE entraînait d'importantes sorties de trésorerie fragilisant ainsi les plus petites entreprises. L'occasion d'évoquer les appels d'offres qui avantagent encore trop aujourd'hui le moins-disant.

La transition écologique est l'un des chantiers importants du projet de loi. Les acteurs demandent un calendrier réaliste afin d'avoir le temps de s'adapter aux nouvelles exigences. A été soulignée l'importance d'avoir des objectifs réalistes qui ne seront pas contre-productifs, notamment en écartant des marchés les petites entreprises mais qui sont locales. Un dégrevement fiscal pour encourager les entreprises à investir dans des véhicules plus propres a été envisagé. Un meilleur cadencement des bus, coordonnés entre les sorties d'écoles, est une piste intéressante afin d'amortir plus rapidement un véhicule.

Les transporteurs subissent la concurrence déloyale d'entreprises venues des pays de l'est, il s'agit du dumping social. Les acteurs demandent davantage de contrôles pour sanctionner les entreprises qui ne respectent pas les règles, notamment concernant le droit du travail.