Menu

Savoie - Visite en forêt avec l'Office National des Forêts

Incontournables des paysages de la Savoie, les forêts ont un rôle essentiel à jouer pour préserver la biodiversité tout en luttant contre le déréglement climatique. Travaillant depuis plusieurs mois avec l'Office National des Fôrets (ONF) en Savoie, Typhanie Degois s'est rendue ce lundi 24 juin au col de l'Epine à la Motte-Servolex afin d'échanger avec les techniciens et les élus sur les enjeux de la sylviculture. En Savoie, l'ONF représente 300 technciens et employés forestiers pour gérer 100 000 hectares de fôrets.


Savoie ONF Typhanie DegoisTyphanie Degois au col de l'Epine- Savoie

La visite a permis d'aborder plusieurs enjeux concernant les forêts et l'ONF. L'établissement public à caractère industriel et commercial se donne pour mission de préserver l'environnement forestier en l'exploitant de manière responsable. Ainsi, des ilots de sénescence sont créés afin de permettre un cycle de vie naturel aux arbres et à leur écosystème. Par ailleurs, des points d'eau sont sanctuarisés laissant une faune et une flore prospérées, à l'image de nouvelles espèces d'amphibiens qui investissent les lieux. L'exploitation durable des forêts ne peut avoir lieu qu'avec le respect de la biodiversité.
L'action surface plus est un programme lancé par le Ministère de la transition écologique visant à assurer une gestion responsable des parcelles de forêt communale.

Savoie ONF Typhanie DegoisBucheron à La Motte-Servolex- Savoie

Le bois considéré comme un produit noble est à l'origine d'une économie locale qu'il convient de soutenir. Pourtant la propagation de maladies et la concurrence de la Chine, le prix du bois ne permet pas aujourd'hui ne valoriser correctement le travail local. Les filières savoyardes, avec le bois de Chartreuse labellisé, ainsi que les partenariats avec les communes doivent être dynamisés.

Depuis la tempête de 1999, l'ONF connaît un déficit structurel de 30 millions d'euros par an. Son modèle doit être repensé avec une participation de l'Etat qui doit cesser de diminuer, prévoir de nouvelles offres visant à valoriser les connaissances et le savoir faire de cet établissement qui au delà d'être un service public, est essentiel dans la protection de notre environnement et dans la valorisation de notre économie locale.