Menu

Proposition de loi fin de vie : intervention pour demander de mieux accompagner les soins palliatifs

Le 8 avril dernier, l'Assemblée nationale a examiné une proposition de loi sur la fin de vie. Typhanie DEGOIS est intervenue afin de demander avant tout, l'application de la loi Clayes-Leonetti de 2016 qui vise à démocratiser les soins palliatifs.
 
Vous trouverez ci-dessous son intervention :
 
A l’heure où nous nous battons pour la vie, où nous interférons dans les actes les plus banales de la vie quotidienne en disant aux gens quand ils doivent rentrer chez eux, à quelles conditions ils peuvent sortir de chez eux… Nous allons encore plus loin, nous légiférons pour savoir qui a le droit de mourir, et donc qui a le droit de vivre. Jusqu’où allons-nous aller ?
 
Les tenants de l’aide au suicide et de l’euthanasie invoquent « le choix souverain du malade, son droit, sa liberté ». Mais est-ce une liberté d’enfermer une personne vulnérable dans la solitude de sa décision, au nom d’une illusoire autonomie souveraine ?
Ces arguments omettent un point essentiel : nous sommes une société, chacun de nos choix personnels a une dimension collective.
 
Ce n’est pas le rôle du Parlement, ni de l’Etat, de traiter des bonheurs et souffrances inhérentes à toute vie. Avec de telle loi, nous rentrerons dans la dictature de l'émotion. Nous avons certainement le devoir de mieux accompagner la fin de vie, de mieux entendre la souffrance des malades. Mais je suis opposée à la création d’un énième droit qui sacralise l’individualisme et qui condamne, dans le même temps, notre civilisation à un conglomérat d’intérêts particuliers sans avenir.