Menu

Billet du 8 juillet 2018 : un appel à la protection de la biodiversité

En Savoie, nous avons la chance d'avoir une biodiversité riche nous permettant d'être une destination touristique attractive et d'avoir un écosystème exceptionnel. Pourtant aujourd'hui la situation est dramatique.

La biodiversité doit être une priorité pour la France

Le nombre d'oiseaux a baissé d'un tiers en 15 ans, 40 à 50% du vivant risque de disparaître avant le milieu du XXIème siècle, plus de la moitié des terres de la planète sont déjà dégradées... Ce déclin massif doit être endigué au plus vite, il doit être une priorité de la France. Protéger la biodiversité n'est pas une contrainte, mais une condition à notre devenir. 

Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique et solidaire, a présenté un plan biodiversité le 4 juillet dernier autour de 5 axes et 90 propositions. Plusieurs d'entre elles sont à saluer. 

Entre 2006 et 2015, 66 000 hectares de milieux naturels et terrains agricoles ont été artificialisés chaque année, dégradant le fonctionnement des écosystèmes et provoquant l’érosion de la biodiversité. Il est nécessaire de repenser l'aménagement du territoire en luttant contre l'étalement urbain, de soutenir la renaturalisation de sites dégradés.

Trop souvent agriculture et biodiversité sont opposées, alors qu'elles sont complémentaires. Par exemple, les insectes pollinisateurs participent à notre économie à hauteur d'environ 4 milliards d'euros grâce à leur assistance dans les productions végétales. Les pratiques agricoles doivent tendre vers une agriculture raisonnée au minimum et se tourner de plus en plus vers l'agriculture bio.

Chaque année, près de 80 000 tonnes de déchets sont abandonnés dans des décharges sauvages, entrainant la pollution des sols et des cours d’eau. Les outils de contrôle doivent être renforcés et nous devons donner les moyens aux collectivités locales de pouvoir sanctionner de telles infractions.

Et c'est sûrement ce qui manque dans le plan présenté, des outils précis pour contrôler et appliquer les lois en vigueur, mais aussi établir des sanctions plus lourdes dont les peines seraient à la hauteur des dommages commis à l'environnement.

Enfin, notre biodiversité ne sera véritablement sauvée que par l'éducation de nos concitoyens, et surtout les citoyens de demain. En ce sens, je salue l'initiative du Directeur de l'école d'Attignat-Oncin, Ludovic Moureaux, pour son engagement auprès de ses élèves qui viennent d'obtenir le label Eco-Ecole.

Typhanie Degois Savoie Lac du Bourget biodiversité

 

Une coopération nécessaire entre les Etats

Le plan prévoit également de financer la création ou l’extension de 20 réserves naturelles nationales et la construction d'une stratégie nationale en faveur des aires marines protégées, si nécessaires à la préservation de la vie des océans. Encore une fois, nous pouvons que nous réjouir de telles propositions mais aussi nous inquiéter, quand on sait que dans le même temps, le Japon vient de tuer 333 baleines dans les eaux internationales en méconnaissance totale de ses engagements signés en 1986. Face à une telle menace pour la biodiversité, une coopération multilatérale entre les Etats est cruciale.

Afin de protéger la biodiversité en haute mer, la création d’aires marines dans les eaux internationales, notamment en Antarctique, est une nécessité. Par ailleurs, un plan national d’actions sera mis en place pour la protection des cétacés afin d'une part, de limiter les perturbations de leur environnement telle que la pollution sonore, et d'autre part, de réduire significativement les échouages de mammifères marins sur les côtes françaises et les captures accidentelles dans les filets de pêche.

Protéger la biodiversité c'est aussi lutter contre le braconnage et le trafic d'animaux vivants, comme peuvent le subir les grands singes ayant perdu 70% de leurs effectifs en 50 ans. Il convient de soutenir les associations qui ont une expérience en ce domaine et donner les moyens suffisants aux douanes pour effectuer davantage de contrôles.