Menu

Billet du 8 avril 2018

Projet de loi droit d'asile et immigration

Cette semaine a été consacrée en grande partie à l'examen du projet de loi "Pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif" en commission des lois. Face au défi de l'immigration qui est un sujet de société majeur pour les années à venir, le débat fut long, 28 heures d'échanges et plus de 900 amendements déposés. Si l'humanité est de mise lorsqu'il s'agit d'accueillir des personnes persécutées au-delà de nos frontières, il est essentiel de ne pas dévoyer la notion d'asile, un lieu inviolable où une personne en danger trouve refuge.

Ainsi, j'ai défendu plusieurs amendements visant à préserver la philosophie du droit d'asile, octroyer ce droit seulement aux personnes étant en danger. Par exemple, concernant l'extension du regroupement familial aux frères et soeurs d'un enfant ayant un statut de protection en France, une telle proposition risque d'entraîner une monétisation plus importante des enfants mineurs au sein des filières clandestines. En effet, ils pourraient être embarqués dans des navires au péril de leur vie et sans leur consentement, pour permettre à l’ensemble des membres de la famille de rejoindre ensuite la France.

Le projet de loi a pour principal objectif d'accélérer les durées de traitement des demandes de droit d'asile afin de prendre plus rapidement en charge ceux qui ont droit à un tel statut et de ne pas laisser s'installer en France, ceux qui viendraient pour des raisons économiques. Les délais de procédure sont alors réduits passant de 120 à 90 jours pour déposer un dossier de demande de droit d'asile, le droit à la rétention pour vérification du droit de séjour est quant à lui prolonger.

 

Grèves des cheminots et des étudiants

Nous attendons des organisations syndicales et étudiantes qu'elles respectent le droit des usagers à la mobilité, le droit des étudiants à se rendre dans leur université, de la même façon que tous les Français respectent le droit de grève.

Le nouveau pacte ferroviaire sera examiné en séance à l'Assemblée nationale dès la semaine prochaine. Il n'y aura pas de privatisation, il n'y aura pas de suppression des petites lignes. Des gardes-fous sont présents dans le projet de loi, c'est la mission des parlementaires d'être vigilants sur cette question, pour que l'Etat ne puisse pas céder ses parts de l'entreprise, pour que les futurs exploitants des lignes soient aussi présents sur celles rentables que moins rentables.

Pour les étudiants, il n'est admissible pour personne de se voir attribuer une filière universitaire par tirage au sort, c'était l'objet de la réforme. Parcoursup a justement vocation à accompagner les étudiants vers des filières qui peuvent leurs correspondre mais qui ont aussi des débouchés, trop d'étudiants sortent aujourd'hui de l'université sans être employable, elle est là aujourd'hui l'injustice.

 

Atelier citoyens au Bourget-du-Lac

Vendredi soir sur le thème de la mobilité, de nombreux citoyens sont venus discuter du thème de la mobilité. Des échanges enrichissants sur l'incitation et la promotion à prendre davantage le vélo, la nécessité pour les communes au sud du lac du Bourget d'avoir une fusion partielle des réseaux de bus, le besoin d'investissement sur la ligne ferroviaire entre Annecy, Lyon et Grenoble. Toutes les propositions serviront à préparer la future loi mobilité qui arrivera au cours de l'année 2018.