Menu

Billet du 3 février 2019 : venue de la Ministre des transports en Savoie, atelier citoyens, proposition de loi "anti-casseurs"

Mobilité en Savoie

La mobilité a été mise à l'honneur cette semaine avec la venue en Savoie de la Ministre des transports, Elisabeth Borne, et la tenue d'un nouvel atelier citoyens dans l'Avant-Pays Savoyard.

A Pont-de-Beauvoisin jeudi dernier, avec les habitants, les chefs d'entreprise, les élus et les associations, nous avons préparé le projet de loi d'orientation des mobilités qui sera examiné au printemps à l'Assemblée nationale. L'atelier citoyens a été l'occasion d'aborder le thème de la mobilité du quotidien, et notamment l'actualité concernant la suppression de 80% des trains entre Lyon et Chambéry portant préjudice aux habitants qui empruntent le train pour aller travailler. D'autres thèmes ont également été abordés, l'investissement dans les infrastructures, la dépendance aux énergies fossiles, le transport à la demande via des véhicules autonomes, les initiatives des entreprises dans la mobilité... Ces échanges me permettront de proposer des amendements dans le cadre de l'examen de la loi, afin que celle-ci réponde au mieux aux attentes et besoins des territoires.


Savoie Typhanie Degois

Vendredi, une réunion sur la mobilité en Savoie et le projet ferroviaire du Lyon-Turin s'est tenue en présence de la Ministre Elisabeth Borne. Cet échange de deux heures avec les acteurs économiques et les élus, a permis de démontrer que ce projet n'a pas que des enjeux européens ou français mais aussi savoyards : pour la mobilité du quotidien, pour le report modal et la lutte contre la pollution, et pour le développement économique des entreprises. La Ministre a confirmé que les accès se feraient et qu'une étude du phasage devait avoir lieu afin de connaître un arbitrage avant l'été.

Savoie Typhanie Degois

Examen de la proposition de loi Prévention et sanctions des violences lors des manifestations

Cette semaine a été examinée à l'Assemblée nationale, la proposition de loi visant à assurer le droit de manifester tout en sanctionnant les auteurs de violence. Plusieurs dispositions importantes :

  • le texte simplifie les modalités de déclaration d’une manifestation,
  • les forces de l’ordre pourront procéder à des fouilles de véhicules ou à l’inspection des bagages pour saisir les armes et armes par destination, sur les lieux d'une manifestation et à ses abords immédiats,
  • les préfets pourront interdire à des personnes violentes de participer aux manifestations, pour une durée limitée à un mois. Il s’agit d’une mesure préventive soumise à un contrôle du juge administratif,
  • les personnes interdites de manifester seront inscrites au Fichier des personnes recherchées le temps que dure l’interdiction,
  • un délit de dissimulation du visage est créé ,
  • le texte renforce le principe du casseur-payeur par l'action récursoire.

Agriculture

Une réunion a eu lieu lundi à la Maison de l'agriculture avec les syndicats JA et FDSEA, puis j'ai participé à la table-ronde organisée lors de leur assemblée générale sur le thème de "l'élevage en sursis". Ces deux rendez-vous ont été l'occasion d'évoquer plusieurs problématiques : la pression foncière, le loup, la transmission des exploitations, l'installation des jeunes agriculteurs, le bien-être animal, la mise en oeuvre de la loi EGALIM, les filières locales de qualité face aux importations de viande.