Menu

Billet du 20 octobre 2019 : atelier à Grésy-sur-Aix, loi bioéthique, examen loi de finances

Dans le billet de cette semaine, je reviens sur l'atelier citoyens organisé lundi dernier à Grésy-sur-Aix sur l'économie circulaire, le vote de la loi bioéthique et l'examen du projet de loi de finances pour 2020.

Atelier citoyens à Grésy-sur-Aix sur l'économie circulaire

Grésy-sur-Aix

En amont du projet de loi Lutte contre le gaspillage et économie circulaire qui sera examiné dans quelques semaines, l'atelier citoyens de Grésy-sur-Aix a été l'occasion d'aborder les principaux enjeux : renforcer l'information des consommateurs, lutter contre le gaspillage alimentaire, changer nos modes de production, améliorer la collecte de déchets et lutter contre les décharges sauvages. Je remercie les personnes présentes prenant de leur temps, pour participer à la vie de la collectivité dans le recherche de l'intérêt général.

Vote de la loi bioéthique

Alors que notre société va avoir de multiples enjeux technologiques à affronter ces prochaines décennies : l'intelligence artificielle, la responsabilité croissante des robots, le transhumanisme... Je regrette que le projet de loi se soit focalisé sur l'élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et femme seule. Même si les dons d'organes ont été facilités, et c'est à saluer, le projet de loi ne répond pas à mon sens aux défis à venir. À l’écoute attentive des auditions et des débats, de trop grands doutes subsistent : une nouvelle filiation où les racines n’auraient plus la même signification, l’aberration de donner à une femme seule ce qui serait refusé à une veuve posant la question de la PMA post-mortem, l’augmentation de la demande de gamètes menant inexorablement vers une marchandisation du don. Pour ces raisons, j'ai voté contre la loi bioéthique.

Examen de la loi de finances pour 2020

Les débats parlementaires ont débuté cette semaine sur le texte législatif le plus important de l'année, la loi de finances. L'occasion de défendre plusieurs amendements. Les entreprises sont le coeur de notre économie et de nos territoires, il est indispensable de les soutenir. J'ai ainsi défendu l'extension du dispositif de suramortissement fiscal aux entreprises du bâtiment dans le cadre de la suppression progressive des tarifs réduits de taxe intérieure de consommation sur le gazole non routier, mais aussi le fléchage des 5 000 milliards d'euros d'épargne des Français vers le financement des entreprises.

Par ailleurs, j'ai proposé un maintien d'aide pour les classes moyennes dans les travaux de rénovation énergétique dans le cadre de la réforme du crédit d'impôt transition écologique (CITE) et un taux de TVA réduit pour les services de réparation de produits afin d'inciter à l'économie circulaire.