Menu

Une reconnaissance de l'histoire des régions pour former les citoyens de demain

Typhanie Degois a déposé une question écrite au gouvernement, qui a été publiée ce mardi 10 avril, concernant l'enseignement scolaire. Elle interpelle le Ministre de l'éducation nationale, Monsieur Jean-Michel Blanquer, afin que soit inscrite l'histoire des régions françaises au sein des programmes du cycle 3 du CM1 à la sixième. Il est essentiel pour les enfants de Savoie de connaître l'histoire de leur territoire.

 

                                                          

S'attachant principalement à la consolidation des acquis, le cycle 3 a également, pour domaine d'apprentissage, la formation de la personne et du citoyen.

Dans ce cadre, l'enseignement de l'histoire permet d'étudier la manière dont la République et la démocratie se sont constituées, comment les libertés ont été acquises, et quels sont les droits et les devoirs du citoyen afin de favoriser l'épanouissement de l'élève vers la citoyenneté.

Or, cet enseignement n'aborde pas l'histoire des régions où vivent et grandissent les élèves, alors que l'apprentissage des langues régionales peut être intégré au programme scolaire.

Cet enseignement de l'histoire des régions est aujourd'hui d'autant plus important que le redécoupage avec la création de régions plus grandes, suite à la réforme territoriale de 2015, a éloigné le citoyen de cette base et a engendré un recul du sentiment d'appartenance à l'identité régionale.

 

Pour une citoyenneté régionale et nationale forte 

Il apparaît donc essentiel qu'une part soit consacrée dans le programme de l'enseignement national à la connaissance de l'histoire spécifique de chacune des régions françaises afin de former les citoyens français de demain.

La connaissance de l'histoire nationale doit ainsi passer par l'histoire des régions. Il convient d'ailleurs de préciser, à titre d'exemple, qu'il n'est pas mentionné, dans les programmes de l'enseignement de l'histoire, le traité d'annexion de la Savoie et de Nice, datant de 1860, qui s'impose pourtant comme un élément majeur dans la constitution de notre département et de la France. Apprendre l'histoire de la Savoie, c'est aussi pour les futurs citoyens mieux appréhender son territoire, afin de le promouvoir ensuite.

Pour Typhanie Degois, une amélioration de la connaissance historique régionale permettrait ainsi de renforcer une citoyenneté régionale ainsi que nationale.