Menu

Tribune : Typhanie Degois, députée de Savoie, s'engage face à la surexposition des enfants aux écrans

La surexposition des enfants aux écrans est en passe de devenir le nouveau mal du siècle. Ayant répondu à l'appel de la députée, Caroline Janvier, et aux côtés d'une centaine de parlementaires de tous les horizons politiques, Typhanie Degois a cosigné, dans le journal Le Monde du vendredi 10 décembre, une tribune de mobilisation. La députée de Savoie invite les concitoyens à se saisir de l'initiative participative lancée à cette occasion pour construire ensemble le contenu d'une proposition de loi.

Par cette cosignature, Typhanie Degois alerte l'opinion publique sur l'ampleur du phénomène de surexposition des enfants aux écrans, et ses conséquences sur leur santé et leur développement. Pour la députée de Savoie, il s'agit d'un enjeu de santé publique.

 

Savoie députéeSavoie députée

 

Les écrans sont omniprésents dans notre société. Un tiers des enfants de moins de 3 ans prennent leur repas devant un écran, alors que c'est une période de la vie cruciale où ils ont des défis vitaux à relever comme apprendre à marcher, parler, nouer des liens et interagir, reconnaître et réguler les émotions, développer leur faculté de concentration. Entre 3 et 10 ans, les enfants passent en moyenne 728 heures devant les écrans, et près d'un sur quatre plus de 3 heures par jour.

Or, l'exposition excessive aux écrans s'impose comme une entrave à l'acquisition du langage, à la mémorisation des savoirs. Elle entraîne des troubles de l'attention, des problèmes de gestions d'émotions, de sommeil et d'échec scolaire. En janvier 2020, une étude publiée par Santé Publique France montre que les enfants ont six fois plus de risques de développer des troubles primaires du langage s'ils sont exposés à la télévision, à une tablette ou à un ordinateur le matin avant l'école et s'ils discutent rarement ou jamais des contenus visionnés.

Il y a 20 ans, les télévisions restaient dans les salons, aujourd'hui les téléphones portables et les tablettes accompagnent les enfants partout. Sans condamner l'usage des écrans qui peuvent s'avérer d'excellents outils pour l'éveil et l'acquisition de connaissance, le problème réside en la systématisation de cette exposition précoce aux outils numériques.

 

Savoie écrans députée

Pour Typhanie Degois, la surexposition des enfants aux écrans nécessite une prise de conscience collective. A cet effet, la députée de Savoie invite les concitoyens à venir débattre de manière participative et constructive dans l'objectif de bâtir ensemble une proposition de loi. Jusqu'à fin janvier, une consultation citoyenne est ouverte sur la plateforme Purpoz. Les internautes pourront voter "pour" ou "contre" à la question "faut-il protéger les jeunes enfants d'une surexposition aux écrans ?" et à déposer leurs propres arguments. Des auditions publiques seront organisées en direct et de manière interactive sur la plateforme de streaming Twitch. Une synthèse publique des contributions sera réalisée avant le dépôt final début février 2022.

Pour rester informé de l'activité de Typhanie Degois à l'Assemblée nationale et en Savoie -> ICI