Menu

Protéger et garantir la compétitivité des industries hyper électro-intensives

Dans le cadre d'une question orale, Typhanie Degois est intervenue dans l'hémicycle, interrogeant la Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'économie pour que soit davantage protégée et garantie la compétitivité des industries hyper électro-intensives.

Ces industries ont la particularité d'avoir des coûts de production d'électricité importants, représentant au moins 30% dans des domaines tels que la réduction chimique ou l'électrolyse.

 

Une forte concurrence

Typhanie Degois a expliqué que ces industries rencontraient des problématiques liées à l'absence de visibilité depuis la fin des tarifs régulés de vente d'électricité en 2015 et des contrats historiques adaptés, les exposant ainsi fortement à la concurrence mondiale.

Les approvisionnements de leurs principaux concurrents sont d'ailleurs aujourd'hui bien plus compétitifs.

Des dispositions ont déjà été adoptées, et autorisées par la Commission européenne, le 7 février dernier, permettant un renforcement des mesures d'interruptibilité et d'effacement, de réduction du tarif de transport de l'électricité, de compensation des coûts indirects dus au système d'échange de quotas CO2.

 

                                                       

Des solutions envisageables

Or, selon Typhanie Degois, ces mesures ne sont pas suffisantes pour protéger et garantir la compétitivité des industries hyper électro-intensives. Une stratégie globale doit être établie afin d'assurer une visibilité à long terme sur leur approvisionnement en électricité.

Pour cela, Typhanie Degois a souligné que plusieurs solutions pouvaient être envisagées, notamment la mise en place d'un contrat long terme avec les fournisseurs d'électricité, le réexamen d'un accès régulé à l'énergie hydraulique pour ces entreprises ou l'instauration d'un régime de concessions hydrauliques afin d'exploiter les installations déjà existantes.

Il convient de préciser que ces industries représentent, aujourd'hui, près de 10 000 emplois directs et 40 000 emplois indirects en France et développent des solutions industrielles à forte valeur ajoutée, comme le photovoltaïque ou l'aéronautique, en alimentant des filières locales. Elles participent indéniablement à l'effort de recherche et de développement de la France.

Protéger et garantir davantage la compétitivité des industries hyper électro-intensives a ainsi toute son importance.

Retrouver les vidéos des interventions de Typhanie Degois en cliquant ici.