Menu

Projet Lyon-Turin : sécurité routière le long de la ligne ferroviaire historique

Les rapports Duron et Spinetta, qui ont été remis dernièrement au gouvernement, préconisent une modernisation du réseau ferroviaire actuel, repoussant la réalisation des voies d'accès françaises au tunnel transfrontalier du projet Lyon-Turin. Cette modernisation interviendrait notamment sur la voie ferrée entre Dijon et Modane qui comprend un tronçon de 12 kilomètres bordant le lac du Bourget.

Dans le cadre de la mission de contrôle du gouvernement par les députés, Typhanie Degois est intervenue en hémicycle sur la sécurité routière et l'aménagement d'infrastructures de transport afin d'évoquer la RD 991 qui longe la voie ferrée au bord du lac. Elle a interrogé le ministre Sébastien Lecornu à ce sujet.

                                                

 

Une route estimée dangereuse

Dans son intervention, Typhanie Degois a expliqué que cette route est estimée dangereuse en raison de son étroitesse sur les deux passages en corniche, de ses passages à niveau et des nombreuses chutes de pierres.

A vocation davantage touristique, elle est aujourd'hui interdite aux poids lourds de plus de 7,5 tonnes. Des portiques limitent d'ailleurs la dimension des véhicules en raison de la hauteur des caténaires d'un passage à niveau à 5 mètres.

Typhanie Degois a alors souligné que si l'investissement de 700 millions d'euros pour moderniser la voie ferrée en question est louable, la ligne historique ne semble pas adaptée à une augmentation du trafic. L'ambition de vouloir en faire un des accès au tunnel de base du projet Lyon-Turin apparait comme compliqué, suscitant de nombreuses inquiétudes.

 

Des risques envisageables

L'augmentation du volume de fret risque d'entraîner une dégradation pour les voyageurs du trafic TGV et TER en raison de la saturation des sillons horaires, ainsi qu'un enclavement plus important de certains territoires.

Les risques sont non négligeables avec de possibles effondrements de la paroi rocheuse ainsi qu'un danger de pollution du lac du Bourget en raison du transport de matières dangereuses à proximité.

Dans ces conditions, Typhanie Degois a rappelé que la réalisation du projet Lyon-Turin était attendue en Savoie pour permettre de décharger cette voie historique du trafic ferroviaire, et par conséquent de renforcer la sécurité routière à proximité des voies ferrées. Les préconisations des rapports semblent ainsi venir en contradiction.  

Retrouvez les vidéos des interventions de Typhanie Degois en cliquant ici.