Menu

Les parlementaires s'engagent contre un soutien aux cirques exploitants des animaux sauvages

Typhanie Degois, vice-présidente du groupe d'études à l'Assemblée nationale sur la condition animale, a co-signé avec plusieurs autres parlementaires un courrier, à l'attention de la Ministre de la culture, Françoise Nyssen, afin que ne soient pas soutenus les cirques exploitant des animaux sauvages, comme ceux qui se produisent encore autour du lac du Bourget, ou ailleurs en France.

En effet, souhaitant remédier aux fortes disparités territoriales en termes d'équipement culturel public, la Ministre a pour ambition de définir des "territoires culturels prioritaires" afin de favoriser l'accès à la culture et aux pratiques culturelles pour tous. Au travers de cette démarche, un volet concerne notamment un soutien aux cirques traditionnels.

Dans ce cadre, les parlementaires co-signataires, dont Typhanie Degois, demandent que cette réflexion soit réservée aux seuls cirques ayant renoncé à l'exposition et à l'exploitation des animaux sauvages.

Pour eux, la France s'inscrit d'ailleurs incontestablement dans un contexte de recul historique dans ce domaine par rapport à d'autres pays.                            

Le sens de l'histoire

28 pays européens ont déjà interdit les animaux, sauvages ou non, dans les cirques, et dans le monde, 42 pays sont déjà signataires d'un texte interdisant l'utilisation partielle ou totale des animaux sauvages à des fins de divertissement.

Il convient de préciser que près d'une soixantaine de communes de France, dont une dizaine de plus de 20 000 habitants, ont déjà pris un arrêté qui interdit sur leur territoire la présence de cirques avec animaux, ce qui n'est pas encore le cas autour du lac du Bourget.

Les parlementaires rappellent également qu'un sondage IFOP pour la Fondation 30 millions d'amis de février 2018 signale que 67% des personnes interrogées demandent qu'il y ait une réglementation pour mettre un terme à l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques.

Selon eux, soutenir les cirques, qui se sont déjà engagés à ne plus présenter des animaux, comme " le Cirque du Soleil ", " le Cirque Phénix " ou " le Cirque dans les Etoiles " va alors davantage dans le sens de l'histoire.