Menu

Aix-les-Bains et ses environs : soutien au tourisme face à la crise sanitaire

Le tourisme est un des secteurs d’activité les plus touchés par la crise sanitaire et économique que nous traversons actuellement, et de nombreuses entreprises ont été contraintes d'interrompre leurs activités. La ville d'Aix-les-Bains comme le département de la Savoie sont connus pour leurs destinations touristiques. La Savoie déplore déjà près de 540 millions d'euros de pertes.

En tant que membre des groupes de travail sur le tourisme et sur le thermalisme à l’Assemblée nationale, Typhanie Degois, députée d'Aix-les-Bains et ses environs, est fortement mobilisée afin de soutenir les acteurs locaux de ces secteurs. A ce titre, avec d'autres parlementaires, Typhanie Degois porte 150 propositions visant à redynamiser le tourisme en France dans le cadre du plan de relance qui sera présenté par le Gouvernement.

Elle est en outre la co-signataire d’une tribune parue dans le Figaro appelant les Français à passer leurs vacances d’été cette année en France afin de soutenir les professionnels du tourisme de nos territoires. Sans une fréquentation importante des destinations françaises, ceux-ci ne pourront pas se relever de la crise qui nous touche actuellement. L’afflux des touristes étrangers risque également d’être très réduit par rapport aux années précédentes, c’est pourquoi des parlementaires appellent à la solidarité nationale pour garantir la pérennité du secteur touristique français. Ces vacances seront l’occasion de (re)découvrir la richesse patrimoniale et gastronomique de notre pays, et notamment les Villes et Pays d’art et d’histoire reconnus pour la valorisation de leur patrimoine, parmi lesquels figure Aix-les-Bains.

 

Savoie : le tourisme à l’arrêt

En Savoie, les activités de tourisme représentent plus de 20% des emplois du secteur privé et 50% du PIB. Parmi ces activités, le thermalisme occupe une place essentielle dans l’économie régionale. La Savoie est en effet le 3e département thermal de France et chaque année, près de 30 000 curistes se rendent dans un des établissements thermaux d’Aix-les-Bains.

A Aix-les-Bains, les établissements ont dû fermer leurs portes alors que leur haute saison, qui s’étend généralement de mars à octobre, venait de débuter. Le manque à gagner pour la période du confinement, du 15 mars au 11 mai 2020, est évalué à 20 millions d'euros. Ce bilan catastrophique pourrait s'alourdir davantage et atteindre près de 134 millions d'euros si les établissements n'étaient pas en mesure d'accueillir les curistes jusqu'à la fin du mois de décembre. En effet, même après la levée du confinement, il n’est pas certain qu’ils pourront rouvrir tant la mise en place des mesures sanitaires préconisées par les professionnels de la santé représenterait des coûts importants, que la plupart des établissements thermaux ne pourront assumer seuls. Ces mesures sanitaires seront d’autant plus strictes que leur patientèle habituelle est davantage vulnérable au virus, puisque âgée de 64 ans en moyenne et présentant des risques respiratoires. Les professionnels du thermalisme craignent donc une “année blanche” qui menace fortement l’avenir de certains établissements.

 

La fermeture des établissements thermaux à Aix-les-Bains n’est pas sans conséquence sur les autres activités de tourisme dans les villes thermales. Les professionnels de l'hébergement notamment profitent grandement chaque année de l'afflux des curistes dans leur station en haute saison, d'autant plus que 34% d'entre eux sont généralement accompagnés. A titre d’exemple, les loueurs de meublés de tourisme, très nombreux à Aix-les-Bains et ses environs, ont été confrontés à l’annulation massive de leurs locations dès le début du mois de mars. Ainsi, la perspective d’une fermeture prolongée des établissements thermaux pourrait avoir de graves répercussions sur l’ensemble des activités touristiques des villes thermales, en particulier l’hébergement et la restauration.

 

La Région Auvergne-Rhône-Alpes propose une aide forfaitaire visant à refinancer la trésorerie des entreprises de moins de 10 salariés via un Fonds d’urgence Tourisme réservé aux acteurs du secteur. Par ailleurs, un dispositif spécifique d’aide pour soutenir les stations thermales est en projet.

Tourisme - Typhanie Degois, Députée de Savoie

 

Les mesures prises au niveau national

Le tourisme, qui représente 7,2% du PIB et 2 millions d’emplois directs et indirects, est un secteur stratégique de l'économie française. Selon les données transmises par le Gouvernement, le manque à gagner sur la période de mars à mai à est estimé à hauteur de 40 milliards d’euros pour l’ensemble de la filière, notamment en raison de l’interdiction des départs en vacances lors des congés de printemps, période habituellement fructueuse pour les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration.

 

Face à cette baisse importante de l’activité, des mesures économiques de soutien ont été adoptées au niveau national. Les entreprises spécialisées dans le tourisme bénéficient des dispositifs d’aide ouverts à l’ensemble des entreprises :

  • Report des charges fiscales et sociales,
  • Simplification du recours à l’activité partielle, 
  • Accès au fonds de solidarité à destination des TPE-PME, des indépendants et des professions libérales ayant connu une perte substantielle de leur chiffre d’affaires, 
  • Possibilité de bénéficier d’un prêt garanti par l’Etat,
  • Possibilité de report ou d’étalement du paiement des loyers et factures d’eau et d'électricité.

Ces dispositifs ont été largement utilisés par les professionnels du tourisme : 95% des salariés à temps plein du secteur sont actuellement en chômage partiel et 552 millions d’euros de prêts garantis par l’Etat ont déjà été octroyés au secours du tourisme.

Les professionnels du tourisme pourront en outre bénéficier d’un prolongement exceptionnel de ces mesures même après la levée du confinement. La possibilité de recourir à l’activité partielle et l’accès au Fonds de solidarité sont ainsi d’ores et déjà étendus au-delà du mois de mai pour ce secteur, avec un élargissement des conditions d’éligibilité à ce fonds aux entreprises ayant jusqu’à 20 salariés et un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros

Des aides réservées aux acteurs du tourisme sont également prévues :

  • Les TPE et PME profiteront d’une exonération automatique de leurs cotisations sociales pendant toute la durée de leur fermeture, tandis que les entreprises de taille intermédiaire pourront demander leur étalement sur le long terme, et éventuellement leur annulation dans les cas les plus extrêmes. 
  • Les TPE et PME locataires de locaux appartenant au domaine public verront leurs loyers et redevances d’occupation annulés jusqu’à leur réouverture. 
  • Les entreprises de toute taille bénéficieront également d’un report de leur cotisation foncière des entreprises pour l’année 2020, et d’une exonération de leur taxe de séjour sur décision de leur collectivité territoriale. 
  • Bpifrance, en partenariat avec la Banque des Territoires, propose, pendant toute la durée de la crise, un “Prêt Tourisme” de 50 000 à 1 million d’euros, remboursable sur 10 ans, afin d’assister les acteurs du tourisme dans leurs dépenses.



Pour rester informé de l'actualité -> ICI