L’emploi a été à l’honneur cette semaine en Savoie avec notamment l’événement organisé au Phare vendredi pour la semaine de l’emploi, avec à la fois beaucoup de personnes cherchant un travail et beaucoup d’offres à pourvoir dans divers domaines : service à la personne, transport, métallurgie, agriculture…

Face à ce constat d’incompatibilité entre offre et demande sur le marché du travail, il est important d’agir sur deux leviers :

  • D’une part, orienter et soutenir davantage les jeunes générations dans leur choix de formation et rendre plus perméable Education nationale et entreprises.
  • D’autre part, redonner enfin une véritable place à la valeur travail, l’emploi doit toujours être plus rémunérateur que l’inactivité. La volonté de donner à la société doit toujours être plus fort qu’attendre de recevoir de l’Etat. Dans cette perspective, nous avons eu des échanges très intéressants à la fois avec Pôle emploi, la Chambre des métiers et de l’artisanat, l’Union des industries et métiers de la métallurgie.

Aider l’emploi passe également par le soutien au développement et à la compétitivité des entreprises. A cette fin, nous travaillons en collaboration avec la French Tech des Alpes et Business Angels Savoie Mont Blanc afin que le projet de loi de finances pour 2018 continue à assurer une fiscalité avantageuse pour ceux qui investissent dans les jeunes entreprises au moment de l’amorçage, souvent la première levée de fonds de l’entreprise qui lui sert à tester son modèle, à payer ses frais de recherche et développement.

En Savoie notamment, nous avons la chance d’avoir des entreprises qui sont particulièrement essentielles à notre territoire et à notre alimentation, l’agriculture. Samedi matin, la Coordination rurale, syndicat agricole, a pris le temps de m’accueillir dans une ferme de Cessens où nous avons pu discuter de ce qui marche bien mais aussi de ce qui va mal, des prix pour les exploitants qui ne progressent pas, un manque de reconnaissance, une volonté d’investissements avec que trop peu de soutien.

En commission des lois, deux textes ont été étudiés cette semaine. Tout d’abord, mercredi matin a été consacré à l’examen d’une modification du règlement de l’Assemblée nationale visant à inscrire dans les textes une coutume de la Vème République concernant la distribution entre les groupes parlementaires des postes de président, questeurs, vices-présidents et secrétaires de l’Assemblée nationale. Puis l’après-midi, la discussion s’est portée sur la proposition de loi de l’opposition “eau et assainissement”. Dans la loi NOTRe, avait été inséré en dernière minute le transfert de ces compétences de la commune vers la communauté de communes ou d’agglomérations à partir de 2020. Aujourd’hui avant tout réexamen, il est essentiel d’avoir une étude d’impacts approfondie pour trancher en pleine connaissance de cause ce sujet.

Dans l’hémicycle, c’est la sensible question de l’énergie qui a été abordée cette semaine. En effet, le projet de loi porté par le Ministre Hulot vise la fin progressive de toute nouvelle exploration et exploitation d’hydrocarbures sur le territoire français en 2040 dans la perspective de mise en oeuvre de l’Accord de Paris. Contenir l’augmentation de la température mondiale est un enjeu infiniment crucial, notamment eu égard aux changements météorologiques que l’on constate déjà chez nous comme en Arctique. Mais il faudra également être vigilant à ne pas éluder la question de nos besoins en énergie qui ne pourront réduire que de manière partielle et donc des alternatives pour produire de l’électricité.

Partager cet article sur :